jardiner sans pesticides

Comment jardiner sans pesticides ?

Beaucoup de jardiniers en rêvent : jardiner sans pesticides, désherber devant la maison sans risquer de polluer les cours d’eau et les nappes phréatiques, respirer le parfum de roses indemnes de pucerons et de produits chimiques, marcher sur une pelouse non envahie de pissenlits sans recourir aux désherbants sélectifs, produire quelques légumes sains, sans traces de produits de traitement …
Un rêve en effet, mais aussi une nécessité que les jardiniers connaissent bien. La preuve étant faite que l’entretien de leurs jardins et des abords de la maison contribue effectivement à la dégradation de la qualité des ressources en eau potable.
Alors faut-il pour autant se laisser «dépasser» sans rien faire ? Non ! Mais alors comment éviter d’épandre tous les 10 jours un désherbant sur les allées, un insecticide contre les pucerons, un anti-mousse sur la pelouse ou une boite de granules contre les limaces ?
Fort heureusement des solutions existent, très faciles à mettre en œuvre pour la plupart. Aussi cet article vous donnera quelques clés et solutions pour disposer d’un beau jardin, équilibré, sain et productif sans avoir recours aux pesticides dans votre jardin.

Comment jardiner sans pesticides ?

Quelques erreurs de jardinage à éviter pour jardiner sans pesticides :


Environ 90 % des problèmes du jardin sont liés à de mauvaises techniques et pratiques de jardinage.

Exemples :

  1. L’excès d’engrais chimique soluble favorise les maladies (mildiou…) et attire ainsi les pucerons et autres ravageurs.
  2. L’appauvrissement de la terre en humus altère la vie du sol et des plantes.
  3. L’enfouissement du fumier en profondeur attire les taupins, les vers gris et blancs…
  4. Les limaces profitent des sols tassés et crevassés en profondeur et de l’absence de leurs ennemis naturels dans le sol.
  5. L’arrosage par aspersion favorise le développement rapide des maladies en été.
  6. L’irrigation trop irrégulière favorise les pucerons et certaines maladies ou des carences…
  7. Laisser la terre nue profite aux herbes indésirables au détriment des plantes cultivées.

Les grands principes du jardinage sans pesticides.

Le début de la sagesse consiste tout simplement à remédier aux causes des problèmes. À faire avec la nature plutôt que contre. Aussi voici quelques conseils pour éviter de jardiner sans pesticides :

  1. couvrir le sol par des paillis, des plantes couvre-sol et des engrais verts,
  1. choisir des plantes adaptées au jardin (sol, climat, exposition),
  2. entretenir la fertilité du sol en développant l’activité des vers de terre et des microorganismes par des apports réguliers de compost, source d’humus, et par la mise en place de paillis,
  3. penser à la rotation des cultures légumières,
  4. créer un environnement favorable aux plantes et animaux du jardin : haies fleuries et champêtres tapissées de feuilles mortes, fleurs en toute saison, point d’eau permanent dans le jardin, abris à insectes…
  5. ne pas laisser les herbes envahissantes se mettre à fleur et à graines,
  6. utiliser des outils adaptés et travailler la terre au bon moment.

Pour désherber sans pesticides

La pelouse

Les problèmes :
La mousse, le trèfle, les pissenlits et autres plantes à feuilles larges apparaissent dans la pelouse et donnent au jardinier un sentiment de manque d’entretien. Dans certaines conditions, l’excès de ces plantes peut étouffer le gazon. Mais les désherbants sélectifs gazon sont dangereux pour les usagers de la pelouse (enfants, ani-maux…) et polluent l’eau.


Les solutions pour jardiner sans pesticides :
• Choisir un gazon résistant et facile d’entretien.
Lors de la création ou de la réfection de la pelouse, choisir un gazon résistant au piétinement (usage sport ou jeux) et si nécessaire, adapté aux terrains difficiles, pauvres ou ombragés. Éviter aussi le gazon fin de prestige qui réclame un entretien incessant, coûteux et polluant.
Pâquerettes et véroniques dans une pelouse.
• Cultiver une autre esthétique.
La présence d’herbes sauvages sur la pelouse n’est pas un signe de négligence ou de manque de savoir-faire. En effet les petites plantes basses en effet qui s’installent peu à peu dans l’herbe ont souvent une jolie floraison (pâquerette, véronique, brunelle, bugle…) et sont utiles pour nourrir les insectes auxiliaires.

CONSEIL : Après le semis de la pelouse, il est fréquent que des plantes sauvages annuelles (qui ne vivent qu’un an) s’installent. Aussi elles seront éliminées dès la première tonte. L’usage de désherbant sélectif peut se justifier seulement dans le cas d’une installation massive de mauvaises herbes vivaces (rumex…) : un seul passage suffira à les éliminer définitivement.

Cultiver une autre esthétique
La présence d’herbes sauvages sur la pelouse n’est pas un signe de négligence ou de manque de savoir-faire. En effet les petites plantes basses qui s’installent peu à peu dans l’herbe ont souvent une jolie floraison (pâquerette, véronique, brunelle, bugle…) et sont utiles pour nourrir les insectes auxiliaires. Pensez-y !

EN SAVOIR PLUS

UN JARDIN SANS PESTICIDES

Comment se débarrasser des mauvaises herbes et des petits animaux indésirables.

Les clefs du succès : conseils de culture, de récolte, de conservation.

Les meilleures plantes contre les nuisibles : une sélection des espèces les plus efficaces.

Découvrir


Autres sujets qui pourraient vous intéresser :

Bien associer les légumes au potager

LA BOX JARDINAGE Logo certification AB
Cultivez vos délicieux légumes bio toute l’année

L’essentiel pour jardiner & les conseils d’un expert
À partir de 12,90 € par mois

>EN SAVOIR PLUS


Vente directe Producteurs à la ferme – Vente en direct cultivateurs en France
Producteurs locaux en France – Vente à la ferme – Acheter à la source –
Découvrez tous les producteurs proches de chez vous et profitez de leurs produits frais et de qualité !

Auteur de l’article : Directpotager